cata 28 fini - Page 15



débats polémiques pour les trois prochains siècles « (A. Kess : Johann Sleidan
et la vision protestante de l’Histoire). Ex-libris manuscrit de Ph. Th. Bernhold
sur la page de titre, issu d’une famille noble d’Alsace arrivée en Alsace au XVIe
siècle avec les comtes de Hanau-Lichtenberg ; ex-libris manuscrit du théologien
Georg Friedrich Weber (1752 - 1820) sur le contreplat. Annotations manuscrites
anciennes présentes dans les marges de la première moitié du volume, effectuées
à deux époques distinctes, très probablement au XVIe (Bernhold) et au XVIIIe
(Weber). Le premier feuillet de garde a été renouvelé, ainsi que les fermoirs ; le
papier est parfois un peu bruni. Belle marque typographique de l’imprimeur Rihel
(H. et B. planche XXX, n°6), impression en caractères romains avec initiales
ornées. Bel exemplaire malgré les légers défauts signalés.
24 • [RÈGLE DE SAINT BENOÎT] - BENOÎT (Saint),
COLLARD (Philippe, dit Dom Philippe François) - La
Règle de S. Benoist, traduite nouvellement en françois, avec
les Considérations spirituelles sur les poincts principaux de
chaque Chapitre d’icelle, par le R. P. D. Ph. François Religieux
Benedictin. Paris, Charles Chastellain, (1613) ; in-12, 14 ff.n.ch. +
315 pp., plein vélin à rabats de l’époque, dos lisse avec titre manuscrit,
traces de lacets.
1100 €
Première édition de la traduction de Philippe Collard, appelé universellement
François, l’un des auteurs spirituels les plus féconds de la Lorraine bénédictine. Né
le 25 mars 1579 à Lunéville d’un conseiller du duc de Lorraine, il est accueilli
par un de ses oncles, dom Jean Lignarius, abbé de Senones, qui l’envoie faire ses
études à l’université de Pont-à-Mousson. Entré chez les bénédictins de Saint-Vanne
le 7 janvier 1604, il fut maître des novices et très tôt investi de charges importantes
; il exerça, en particulier, celle de visiteur de 1609 à 1620, avant de devenir, en
1622, président de la congrégation, tout en gouvernant le monastère de Saint-Airy
de Verdun, de 1612 à sa mort, le 27 mars 1635. Sa traduction de la Règle
de Saint Benoît connut plus d’une dizaine d’éditions jusqu’en 1730. La belle
page de titre, entièrement gravée sur cuivre, est suivie de deux pages d’explications
de la gravure. Viennent ensuite une épître de Dom François adressée à «l’illustre
princesse Madame Marie de Lorraine, Abbesse de Chelles» (5 pp.), un discours
du libraire, Charles Chastellain, aux lecteurs religieux & religieuses de l’Ordre
de Saint Benoît (10 pp.), et divers privilèges et autorisations. La traduction de la
Règle à proprement dite occupe les 63 premières pages ; les 232 pages suivantes
sont constituées de Considérations pieuses en forme de Méditations sur les points
principaux de la règle de Saint Benoît ; enfin, les 19 dernières pages comportent une
Vie du Bienheureux Saint Benoît. Bel exemplaire, dans sa première reliure, rare.
13





Powered by


Plein écran Cliquez pour lire
Produit par Paperturn systéme de flip book
Rechercher
Vue d’ensemble
Télécharger en PDF
Imprimer
Panier
Plein écran
Quitter le mode plein écran