cata 28 fini - Page 54



170 • [COLMAR] - PEYERIMHOFF (Henri de) - Recueil des
arrêtés municipaux de Colmar concernant la police locale.
Publié sous l’administration de M. H. de Peyerimhoff, maire
de Colmar. Colmar, Imprimerie et lithographie de Camille Decker,
1861 ; grand in-8, 2 ff.n.ch. + 182 pp., demi-basane bleue marbrée à
coins moderne, dos à trois nerfs ornés, plat supérieur de couverture
conservé.
120 €
Édition originale. Recueil des arrêtés municipaux pris entre le 16 juillet 1816 et le
18 octobre 1860. Bon exemplaire.
171 • [COLMAR] - [SEE (Julien), MOSSMANN (Xavier)] Mémoires des RR. PP. jésuites du Collège de Colmar (1698
- 1750). Publiés par Julien Sée avec une notice par M. X.
Mossmann. Genève, Paris, Colmar, Fick, Sandoz & Fischbacher,
Barth, 1872 ; petit in-8, XVI + 200 pp., demi-basane beige moderne
dos lisse à faux nerfs orné de fleurons estampés à froid, couvertures
conservées.
60 €
Impression sur papier vergé, bon exemplaire.
172 • [COLMAR] - WALTZ (André) - Bibliographie de la ville
de Colmar. Publiée sous les auspices de la société industrielle
de la ville de Mulhouse et de la ville de Colmar. Colmar, J. B.
Jung & Cie, 1902 ; grand in-8, XXI + 359 pp., demi-parchemin à
coins de l’époque, dos lisse orné à faux nerfs, pièce de titre de basane
rouge, plat supérieur de couverture conservé, tête orangée.
80 €
Première édition. Bel exemplaire, comportant un envoi autographe signé de l’auteur.
173 • [CONFRÉRIE DE LA CORNE] - GRANDIDIER
(Abbé Philippe-André) - Anecdotes relatives à une ancienne
confrairie (sic) de buveurs, établie sur les confins de la
Lorraine et de l’Alsace ; extraites des Essais historiques sur
cette dernière province, manuscrit composé par M. l’abbé
Grandidier. Nancy, Cayon-Liébault, 1850 ; in-8, VII + 22 pp.,
broché, couverture cartonnée imprimée (petites traces d’usage à la
couverture).
150 €
Vicaire 422 (pour l’édition de 1864, la seule qu’il ait répertoriée). Première
édition, imprimée sur un beau papier vergé. En frontispice, gravure à l’eau-forte
représentant le château du Haut-Barr et une corne. La confrérie des buveurs dont il
est ici question est la confrérie de la Corne, dont on voit les emblèmes au frontispice.
Elle fut instituée, à la fin du seizième siècle, par l’évêque Jean de ManderschedtBlanckenheim. Pour être admis dans la confrérie, il fallait vider d’un seul trait une
vaste corne contenant à peu près deux pots de vin. L’eau-forte du frontispice est
également présente à la fin. Rare.
52





Powered by


Plein écran Cliquez pour lire
Produit par Paperturn systéme de flip book
Rechercher
Vue d’ensemble
Télécharger en PDF
Imprimer
Panier
Plein écran
Quitter le mode plein écran